La pesée, une angoisse paradoxale

Aujourd’hui, c’est vendredi et qui dit vendredi dit pesée. La pesée c’est quelque chose qui me fait extrêmement peur. Je m’y prépare psychologiquement au moins deux jours à l’avance.

A la clinique, la plupart des filles ont en général peur de ne pas avoir pris de poids… Moi, c’est tout l’inverse, j’angoisse tellement à l’idée d’avoir pris du poids que j’en fais des crises d’angoisses. C’est assez paradoxal car je veux vraiment m’en sortir, mais quand je me vois dans un miroir, je vois une fille grosse, principalement au niveau de mon ventre, de mes hanches et de mes cuisses. C’est ce que les médecins appellent de la dysmorphophobie.

Heureusement, à la clinique ils ne nous donnent pas notre poids, pour justement que l’on n’ait pas à s’en soucier et pour ne pas que l’on n’ait ce contrôle sur le chiffre. Je sais que quand j’étais en hôpital de nuit, on nous disait notre poids et pour moi c’était une obsession, je faisais tout pour faire diminuer ce chiffre.

La pesée est à 7H15, ça y est, elle est passée, l’angoisse est toujours là mais je la déporte à la semaine prochaine.

Après tout nous ne sommes pas qu’un nombre ! Il faut réussir à petit à petit lâcher prise et faire confiance en l’équipe soignante….

background balance beach boulder
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s